Ici, vous trouverez:

  • Aiguiser vos outils
  • Préparer votre bloc
  • Graver votre bloc
  • Imprimer votre image en une couleur
  • Imprimer votre image en plusieurs couleurs
  • Faire sécher vos images
  • Numéroter votre éditon
  • Liens et ressources

Sur la page précédente, vous trouverez:

  • Introduction générale et livres
  • Définition de la gravure en relief
  • Choisir vos blocs
  • Choisir vos outils
  • Choisir votre encre
  • Choisir votre papier
  • Choisir votre presse

8: Aiguiser vos outils

Environ 20 ans après que cet article ait été publié pour la première fois, quelqu’un m’a demandé quel type de pierres à aiguiser je recommandais. J’avais oublié cette partie parce que je n’aime pas aiguiser mes gouges mais c’est pourtant nécessaire si vous voulez avoir des coupes nettes et faciles.

Vous aurez besoin d’une pierre à aiguiser fine et d’huile. Mettez un peu d’huile sur votre gouge et passez la pierre de haut en bas sur votre tranchant en gardant toujours la même inclination, environ 20-30 degrés.

Plusieurs passes seront nécessaires pour avoir un bon tranchant mais plus vous ferez cela régulièrement, plus ce sera rapide d’y parvenir!

Une pierre à aiguiser multiforme a des profils qui s’adapteront plus facilement à vos différentes gouges: voila ce que j’ai trouvé qui ressemble à ce que j’ai : Pierre à aiguiser multiforme et Huile à aiguiser.

9: Préparer votre bloc

La surface de votre bloc doit être lisse et uniforme pour éviter que des reliefs non planifiés apparaissent lors de l’impression. Pour arriver à cela, poncez-la au préalable en utilisant différentes qualités de papier de verre; commencez par le plus grossier pour finir par le plus fin.

Si vous utilisez du linoléum, aucun ponçage ne sera nécessaire car il a une surface plane. Toutefois, s’il n’est pas déjà monté sur un morceau de bois, montez-le sur du contreplaqué pour le rendre plus rigide. Il sera alors beaucoup plus facile à couper. Assurez-vous que le contreplaqué a la même taille que le bloc de linoléum sinon vous aurez des difficultés à imprimer correctement.

Ensuite, dessinez votre sujet sur la surface de votre bloc en vous rappelant que l’image finale sera le miroir de ce que vous dessinez.

Si vous souhaitez que votre image soit la copie exacte de ce que vous voyez en réalité, dessinez-la à l’aide d’un miroir ou, si vous travaillez à partir d’une photo ou d’un dessin, utilisez du papier calque pour définir les lignes principales de votre image, puis transférez-la sur votre bloc.

Une fois que vous êtes satisfait de votre dessin, utilisez de l’encre de chine ou des marqueurs pour fixer ce dessin sur le bloc; sinon vous risquerez d’effacer certaines de vos lignes lorsque vous commencerez à couper.

10: Graver votre bloc

Une fois votre image dessinée et fixée sur le bloc, il est temps de se débarrasser de tout ce qui est autour d’elle afin qu’elle apparaisse en relief.

Pour cela, vous utiliserez vos gouges, vos couteaux ou cutters et vos outils électriques si vous en avez.

Je commence toujours par couper le long des lignes de mon image en utilisant un cutter. Si la coupe est nette et précise, alors vos lignes imprimées seront elles aussi nettes et précises.

Une fois que cela est fait, j’utilise les gouges en U ou le Dremel pour ôter le matériel entre ces lignes si la surface est importante, les gouges en V pour un travail plus minutieux.

Ceci dit, il n’y a pas vraiment une façon unique de procéder et dans la plupart des cas, vous alternerez avec les différents cutter ou ciseaux et les différentes gouges pour atteindre votre but.

Si vous voulez essayer ces techniques sans dépenser beaucoup d’argent, Kit linogravure starter est pour vous. Je ne le recommanderais pas si vous êtes un imprimeur sérieux (procurez-vous de meilleurs outils et de l’encre de meilleure qualité) mais pour l’utiliser dans une salle de classe ou pour faire des impressions occasionnelles, c’est parfait.

Je l’utilise d’ailleurs pour mes tirages d’essai car l’encre est plus facile à étaler et sèche rapidement.

11: Imprimer avec une couleur

Mettez de l’encre sur la plaque avec votre spatule, travaillez-la pour la rendre plus fluide puis étalez la avec votre rouleau jusqu’à ce qu’elle soit répartie uniformément sur la plaque – et sur votre rouleau. Passez ensuite votre rouleau sur le bloc plusieurs fois dans chaque sens pour l’encrer uniformément; rechargez l’encre sur le rouleau si nécessaire.

Mettez une feuille de papier sur votre bloc en la centrant sur votre image (laissez au moins 2cm de marge de chaque côté), pressez au dos en utilisant une presse ou une cuillère en bois. Relevez régulièrement les coins de votre papier pour voir si la pression a été suffisante en veillant à ne pas le faire bouger sur le bloc -sinon votre image sera floue; pressez à nouveau si ce n’est pas le cas.

Enlevez votre papier quand vous êtes satisfaits de l’encrage.

Mettez votre gravure à sécher sur un séchoir à gravure ou en la suspendant sur un fil à l’aide de pinces à linge.

12: Imprimer avec plusieurs couleurs

Si vous voulez faire une gravure en couleur, vous pouvez bien sûr utiliser de l’aquarelle, du crayon de couleur ou n’importe quel autre médium pour retravailler vos tirages une fois ceux-ci secs ; c’est la façon la plus simple d’arriver à  vos fins.

Traditionnellement cependant, une gravure en couleur suppose que vous ayez gravé autant de blocs que de couleurs différentes ou que vous ayez utilisé une technique de gravure en réduction ou la technique de ligne claire développée par des graveurs de la ville de Provincetown aux USA, dans le Massachusetts.

  • La technique des blocs

Faites d’abord le bloc principal, celui avec les formes, celui qui sera généralement imprimé en noir, puis imprimez l’image sur du calque. Mettez ensuite ce calque sur un bloc de la même taille que celui que vous venez de tailler et reportez l’image encrée sur sa surface: vous avez maintenant un bloc avec la même image que celle du bloc principal. Une fois que l’encre a séché, vous pouvez décider quelle partie de ce bloc recevra la deuxième couleur et enlever tout le reste. Pour une troisième couleur, recommencez avec un troisième bloc, etc.

Pour la gravure ci-dessus, j’ai donc fait la partie qui est encrée en noir, puis je l’ai imprimée 3 fois sur du papier calque. J’ai ensuite transféré l’image sur 3 autres blocs de même taille que le bloc principal. Pour le bloc avec le jaune, j’ai enlevé tout ce qui n’était pas destiné à être en jaune. Idem pour les autres couleurs.

Quand vous voulez imprimer ces blocs, vous devrez d’abord définir exactement où ils iront sous la presse et trouver un moyen de fixer votre papier de façon à pouvoir le lever sans le faire changer de place. Sur une presse à cylindre, c’est facile car des pinces sont prévues pour le papier mais avec une autre presse ou à la main, c’est difficile de fixer les blocs et le papier.

Une fois que vous savez où le papier et les blocs vont aller, vous pouvez imprimer la première couleur. En principe, vous commencerez par la plus claire de façon à ce que les suivantes la recouvrent si vos couleurs se superposent en partie et vous terminerez par le bloc avec l’image de départ.

Encrez votre 1er bloc, imprimez avec votre presse; soulevez ensuite le papier, mettez le deuxième bloc à la place du premier ; encrez-le, imprimez-le ; continuez de la sorte jusqu’à votre dernier bloc ; retirez la feuille de papier, mettez votre image à sécher, recommencez le même processus pour le deuxième tirage.  

Pour la gravure ci-dessus, j’ai commencé par imprimer le jaune puis le bleu puis le rouge pour finir avec le noir qui a recouvert partiellement les autres couleurs.

Comme c’est assez long de passer d’une couleur à l’autre et d’une feuille à la suivante, il vaut mieux utiliser de l’encre à l’huile qui ne séchera pas sur vos plaques entre deux utilisations.         

  • La technique de réduction

On l’appelle parfois technique suicidaire car aucune erreur n’est possible mais le résultat est superbe car les couleurs sont très riches et nuancées.

Comme je n’ai jamais utilisé cette technique, mes explications seront très théoriques.

NB: des graveurs qui ont lu mes commentaires m’ont affirmé que ce n’était pas si difficile, il faut juste penser à l’envers et partir du plus clair au plus foncé.  C’est aussi une bonne idée d’utiliser des marqueurs pour repasser sur le dessin une fois qu’il est fait sur le bloc sinon les lignes disparaitront lorsque la plaque sera lavée (même conseil pour la technique suivante).

L’idée est d’utiliser un seul bloc et de le tailler progressivement ou, en d’autres termes, de le réduire.

Chaque étape est imprimée et se superpose à l’étape précédente. Il faut donc dès le départ imprimer l’édition complète -à la différence de la méthode avec des blocs- et savoir qu’il est impossible de revenir en arrière. Cela implique aussi de décider à l’avance comment les couleurs vont se combiner et de jouer avec les mélanges en commençant par les teintes les plus claires. C’est ce qui donnera la richesse des teintes à la gravure finale.

La première taille définit les blancs et la couleur de base ; la taille suivante complexifie les masses en ajoutant des détails avec des couleurs plus sombres, et ainsi de suite.

Si au premier tirage vous avez une masse jaune qui représente un relief encré en jaune et imprimé, la deuxième étape, en taillant dans cette masse en relief et en l’imprimant ensuite avec une couleur différente, plus sombre, permettra d’avoir des lignes qui se superposeront à la couleur jaune.

C’est une méthode très lente car il faut attendre que chaque couleur sèche avant de passer à la suivante et nettoyer et sécher le bloc avant de le graver à nouveau.

Il faut aussi pouvoir être sûr que les feuilles de papier et les blocs seront toujours alignés de la même manière lors des tirages successifs ; pour cela, il est possible d’utiliser des positionneurs si votre presse n’a rien pour pincer le papier ; il vaut aussi mieux imprimer au départ plus de copies que l’édition désirée à l’arrivée car il y aura sans doute des erreurs de tirage en cours de route.

  • La technique de la ligne claire

C’est une technique qui elle aussi utilise un seul bloc et qui donne un résultat très particulier car elle mélange gravure et aquarelle. Elle tire son nom du fait que chaque partie colorée est délimitée par des lignes blanches qui représentent les tailles faites à la gouge dans le bloc pour délimiter ces parties et pouvoir les encrer sans déborder sur d’autres.

Chaque relief est encré au pinceau avec de l’aquarelle. Comme l’aquarelle sèche vite, il faut procéder par étapes successives pour chaque couleur et/ou ne colorer que de petites surfaces à chaque fois.

C’est une technique très lente elle aussi car il faut attendre que chaque partie sèche sur le papier avant de poursuivre, puis, lorsque le premier exemplaire est fini, nettoyer le bloc et recommencer le même processus pour l’exemplaire suivant.

Le papier est fixé sur un côté du bloc de façon à ce qu’il vienne s’aligner correctement à chaque étape et il s’ouvre comme sur un livre entre chaque impression pour permettre le séchage

13: Faire sécher vos images

Une fois imprimées, laissez sécher vos gravures au moins 15 jours à plat sur un séchoir à gravures ou suspendues à un fil et tenues avec des pinces à linge.

Cela vous assurera que vous pourrez  les retravailler à l’aquarelle sans trop de risques de diluer l’encre si vous allez vite et avez utilisé de l’encre à l’eau.

Cela vous permettra aussi de les ranger dans des cartons sans qu’elles ne collent les unes aux autres au bout d’un moment.

14: Numéroter votre édition

Avant de ranger vos gravures, il vous reste à les numéroter et à leur donner un titre.

Parce que vous avez effectué beaucoup de travail à la main pour obtenir vos gravures, chaque gravure est différente. De plus, chaque nouveau tirage est en général plus sombre que le précédent ou fait voir plus de lignes car le bloc a reçu plus d’encre.

Pour reconnaître cette particularité, chaque gravure est donc numérotée et considérée comme un original.

Le premier nombre représente la place de la gravure dans l’édition, le second le nombre total de gravures de l’édition: ainsi 3/6 indiquera que c’est la gravure numéro 3 sur un total de 6.

Vous êtes d’ailleurs censé.e.s détruire votre bloc une fois que tous les tirages sont faits afin de garantir aux acheteurs qu’il n’y aura pas d’autres éditions. Pour cela, vous faites un tirage de ce bloc détruit – en général, rayé d’un coin à un autre – afin d’apporter la preuve que vous ne pourrez plus l’utiliser.

En pratique, je ne connais aucun graveur qui le fasse car cela signifie aussi détruire son travail ; la plupart gardent ce bloc et si la première édition est vendue ou s’ils ont une nouvelle idée pour utiliser ce bloc, ils modifient l’image et font une seconde édition qui est aussi originale puisque l’image n’est plus la même.   

C’est ce que je fais parfois et je modifie alors le titre de la gravure. Sinon, si vous faites un second tirage identique, indiquez sous la gravure qu’il s’agit d’une 2nde édition.       

A côté de ces exemplaires numérotés, 10% du total de l’édition peut être imprimé et nommé E.A. (Exemplaire d’Artiste). Cette appellation est censée leur donner un peu plus de valeur car il y a peu d’exemplaires de ce genre.

Les premiers tirages que vous avez faits pour voir comment était la taille peuvent être aussi gardés et nommés E.E. (Exemplaire d’Essai); en général, j’en garde peu car ils ne sont pas ce que je voulais et le papier sur lequel j’ai imprimé est de mauvaise qualité.

Quand je fais une édition non numérotée, toutes les gravures sont notées OE (Edition Ouverte ou “Open Edition”).

Toutes les gravures doivent aussi être signées, datées avec l’année et titrées.

Il y a différentes façons de mettre toutes ces informations en dessous de l’image et aucune n’est meilleure qu’une autre, c’est principalement une question d’esthétique.

Cependant, signature et numérotation sont toujours ajoutées au crayon de papier.      

15: Liens et ressources

Pour finir, quelques liens utiles:

  • Actuel: une revue de l’estampe contemporaire.
  • Imagerie d’Epinal: les Images d’Epinal traditionnelles et contemporaines.
  • Polymetaal: tout ce que vous cherchez au niveau du matériel avec des pages en français et une liste de fournisseurs dans différents pays.
  • Gravures sur bois et lino du monde entier: un site que j’ai créé où des graveurs sur bois ou lino montrent leur travail.


Des questions sur ces techniques? Envoyez-moi un mot et je créerai un article pour vous répondre sur mon blog (et faire profiter tout le monde de vos remarques)!

Les techniques de la gravure en relief, parties 1 à 7